Perte de cheveux du au cancer

Perte de cheveux du au cancer

chemo child

Pour les enfants atteints de cancer, la perte de cheveux peut être traumatisante – et pour les autres, en particulier les très jeunes enfants, cette perte peut être relativement peu importante. Pour les adolescents, la perte de cheveux peut être dévastateur, et vous aurez besoin de faire tout ce que vous pouvez pour aider votre adolescent à trouver un moyen satisfaisant pour faire face à ce problème. Votre enfant aura besoin de savoir si la perte de cheveux est susceptible de se produire en raison de son traitement, et vous aurez besoin de faire des plans pour faire face à cela dans les moyens qui rendent votre enfant plus confortable. La bonne nouvelle c’est qu’il y a plusieurs possibilités pour que votre enfant puisse couvrir sa tête.

C’est pas tous les médicaments de chimiothérapie qui provoquent la perte ou la chute des cheveux, donc renseignez-vous d’abord au près du médecin sur le traitement recommandé et si la perte de cheveux est possible. Si votre enfant doit avoir un rayonnement à la tête, les cheveux vont probablement tomber sur la partie de la tête où le rayonnement est dirigé. Dans de nombreux cas, les cheveux ne repoussent pas dans la zone irradiée; parler avec votre médecin pour plus d’informations et ce qui est susceptible de se produire dans le cas de votre enfant.

Pourquoi les cheveux tombent-ils ?

La chimiothérapie agit sur les cellules qui se divisent car les cellules cancéreuses ont tendance à se diviser plus que les autres. Les cellules du bulbe pileux se divisent aussi beaucoup, ce qui entraîne souvent leur destruction en cas de chimiothérapie et la chute des cheveux et de tous les poils (dont les sourcils et les cils). Cette chute porte le nom d’alopécie. Elle est temporaire, les cheveux et les poils repoussant à l’arrêt du traitement.

Comment cela se passe-t-il ?

La chute des cheveux commence généralement deux à trois semaines après le début de la chimiothérapie mais parfois dès la première séance. Les cheveux tombent au cours des chimiothérapies successives. La chute peut être brutale ou espacée suivant le type de molécules utilisées et les doses administrées. Les cils et les sourcils tombent généralement un peu après les cheveux.

Est-ce que ça fait mal ?

Certaines patientes ressentent des démangeaisons, des picotements au niveau du cuir chevelu, juste avant et au moment de la chute.

Pourquoi certaines personnes ne perdent-elles pas leurs cheveux?

Trois éléments entrent en ligne de compte : – certaines molécules ou des molécules administrées à petites doses entraînent moins la chute des cheveux, – certaines personnes ont une nature de cheveux plus résistante, – le port du casque réfrigéré peut parfois limiter la chute. Votre médecin pourra vous renseigner sur le type d de la perfusion, et retiré environ 30 minutes après la fin de la perfusion. Selon la combinaison de ces différents facteurs, le casque réfrigérant pourra être sans effet bénéfique réel, retarder, réduire ou encore éviter la chute des cheveux. Les études menées sur le sujet montrent des taux de réussite très divers et des pratiques de soins tout aussi diverses selon les services. Une utilisation parfois contre-indiquée L’utilisation du casque peut être contre-indiquée dans le traitement de certains cancers (certaines leucémies, tumeurs ou métastases au niveau du cuir chevelu) ou inopérante dans le cas de chimiothérapies en continu par pompe ou de chimiothérapies par voie orale. C’est donc l’équipe soignante qui est à même de juger du bien-fondé de son utilisation. Toutefois, les patients doivent pouvoir en bénéficier lorsqu’il n’est pas contre-indiqué et demander à ce qu’il soit changé régulièrement.e molécule et de traitement qui vous est ou sera administré et si ce dernier entraîne la perte des cheveux et des poils.

Les cheveux repoussent-ils ?

Oui, car la chute des cheveux due à la chimiothérapie est temporaire. Les cheveux repoussent à la fin des traitements, à raison d’environ un centimètre par mois. Certains éléments peuvent différer cette repousse, notam­ment la prise de corticoïdes à haute dose, l’hormonothérapie ou encore la prise d’Interféron. Par ailleurs, une radiothérapie sur la zone du cuir chevelu peut entraîner une alopécie irréversible. Les cas de repousse différée ou de non-repousse restent très rares.

Comment limiter la chute des cheveux

Le casque réfrigéré ou réfrigérant Selon le type de cancer traité, le protocole de chimiothérapie mis en place et les habitudes de l’équipe soignante, un « casque réfrigérant », appelé aussi parfois « casque réfrigéré », peut être proposé au patient, en vue de réduire la chute des cheveux. Il s’agit en fait davantage d’un bonnet glacé que d’un casque. Il a pour effet de réduire l’afflux sanguin dans le cuir chevelu et donc la quantité de produit « toxique » qui affectera les cellules des cheveux. L’efficacité du casque dépend de plusieurs facteurs :  les molécules utilisées dans la chimiothérapie et leur combinaison;  les modes d’administration de la chimiothérapie (nombre de molécules, durée de la perfusion);  la nature des cheveux du patient, sa façon d’en prendre soin (se brosser doucement, éviter les brushings et tout traitement agressif sur les cheveux pendant la chimiothérapie);  la longueur des cheveux du patient (il est conseillé de se couper court les cheveux avant le début de la chimiothérapie);  la gestion du casque par l’équipe soignante lors de la chimiothérapie : dans l’idéal, il devrait être posé environ 10 minutes avant le début de la perfusion sur cheveux mouillés, changé très régulièrement (tous les quarts d’heure environ), afin de rester bien froid tout au long de la perfusion, et retiré environ 30 minutes après la fin de la perfusion. Selon la combinaison de ces différents facteurs, le casque réfrigérant pourra être sans effet bénéfique réel, retarder, réduire ou encore éviter la chute des cheveux. Les études menées sur le sujet montrent des taux de réussite très divers et des pratiques de soins tout aussi diverses selon les services.

Une utilisation parfois contre-indiquée

L’utilisation du casque peut être contre-indiquée dans le traitement de certains cancers (certaines leucémies, tumeurs ou métastases au niveau du cuir chevelu) ou inopérante dans le cas de chimiothérapies en continu par pompe ou de chimiothérapies par voie orale. C’est donc l’équipe soignante qui est à même de juger du bien-fondé de son utilisation. Toutefois, les patients doivent pouvoir en bénéficier lorsqu’il n’est pas contre-indiqué et demander à ce qu’il soit changé régulièrement.

La coupe de cheveux

La coupe courte des cheveux est souvent conseillée avant la chute des cheveux car elle peut :  accroître l’efficacité du casque, s’il est utilisé;  retarder la chute de quelques jours;  « faciliter » la chute, car pour certaines personnes il est moins difficile de perdre des cheveux courts que de longs cheveux, et perdre des cheveux courts peut paraître moins « désagréable » d’un point de vue physique;  anticiper moralement la chute, en établissant une sorte d’étape intermédiaire. Couper ses cheveux en amont de la chimiothérapie est aussi, pour certaines, une façon de prendre les choses en main, une manière d’être dans une stratégie active plutôt que passive. Cette étape qui n’est pas obligatoire reste cependant souvent difficile, un moment vécu comme une contrainte dans l’optique du traitement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *